CROISSANCE & INNOVATION. Nos propositions à Emmanuel Macron

LAdC_VisiteE.Macron_270715©LAdC-B.Marceau_8415_Logo

Le 27 juillet 2015, nos dirigeants ont fait part à Emmanuel Macron de leurs idées en faveur du développement des entreprises et de la transition numérique dans le bâtiment.

Relever le double défi des capacités de trésorerie et de l’innovation

Les entrepreneurs sont plus que jamais de véritables forces de proposition. C’est ce qu’ont montré Fabien et Michaël Bertini, Directeurs généraux de L’Atelier des Compagnons, lors de la visite à notre siège, le 27 juillet 2015, d’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’industrie et du numérique, et de Bruno Le Roux, député de la Seine-Saint-Denis, en présence d’acteurs du Bâtiment et du PTNB.

En même temps qu’elle a souligné, à travers notre projet Bâtiment Numérique[lien vers la page dédiée du site], que la transition numérique concerne aussi les entreprises des secteurs traditionnels, cette visite a permis d’échanger sur certains des enjeux auxquels sont confrontées les PMETI, dans leur mutation comme au quotidien.

L’Atelier des Compagnons a ainsi évoqué avec le ministre des mesures incitatives, visant à garantir la pérennité des entreprises et à stimuler les innovations numériques dans le Bâtiment. Leur point commun ? Elles présentent le double avantage de la souplesse pour les acteurs, et du faible coût pour la collectivité.

Améliorer les délais de paiement par l’auto-application d’une micro-pénalité de retard

Les retards de paiement de leurs clients restent un véritable enjeu aujourd’hui pour les PMETI françaises. Le paiement dans les délais seul à même de leur permettre de reconstituer leur trésorerie et leur capacité d’autofinancement, et ainsi de se développer et d’innover.

Afin de contribuer à remédier à cette situation parfois intenable, L’Atelier des Compagnons a proposé au ministre l’instauration d’un mécanisme d’auto-application d’une micro-indemnité pour retard de paiement.

Cette proposition répond à trois enjeux essentiels pour les entreprises :

  • L’équilibre : incitative sans être coercitive, la micro-indemnité représenterait un faible montant de la transaction, puis augmenterait de manière proportionnelle à mesure que le retard s’aggrave.
  • La simplicité : l’auto-application rendrait le mécanisme et son calcul simples et automatiques, sans ajouter d’étape de médiation ni de recours judiciaire.
  • La transparence : une telle démarche permettrait de valoriser facilement et à faible coût les bonnes comme les mauvaises pratiques, incitant ainsi à des évolutions positives.

>> Télécharger la proposition faite au ministre

Favoriser la transition numérique dans le Bâtiment

La crise traversée par le BTP depuis 2008 incite encore trop peu les PMETI à investir dans les nouvelles technologies, qui sont pourtant en train de révolutionner la conception des bâtiments et la gestion des chantiers à travers le monde.

Afin de compléter le Plan de Transition Numérique dans le Bâtiment, l’Etat pourrait initier des mesures incitatives, souples et compatibles avec ses contraintes budgétaires, pour accompagner les acteurs du secteur du Bâtiment qui s’engagent dans l’innovation numérique.

A l’image des clauses sociales et environnementales, qui comptent désormais parmi les critères d’évaluation des marchés publics, l’intégration de clauses numériques dans les critères de notations favoriserait le déploiement des solutions numériques et l’utilisation d’un référentiel commun par les entreprises du Bâtiment.

>> Télécharger la proposition faite au ministre